Run City Guide

Run in Nice : du Mont-Boron au Vieux Nice

Dites-moi les gars, sincèrement, qui préfère courir dans le froid et sous la pluie plutôt que sous la douce chaleur du soleil ? Qui ? Personne.

On est bien d’accord, mais bon il y a une histoire de terre qui tourne, de saisons, d’hémisphère, et de soleil pas toujours présent. Sauf sur la Côte d’Azur ! Ça fait très attrape-touristes dit comme ça, mais si vous arrivez à esquiver les quelques jours de déluges annuels, vous aurez soleil, ciel bleu et températures clémentes.

Et puis il y a Nice, 2ème attrait touristique du pays, avec 340 000 habitants et 4 millions (milliards) de touristes. Nice entre mer et montagne, avec ses plages de galets, ses quelques bâtiments de la Belle époque. Nice et son soleil.

Devenue un haut lieu de tourisme dès les années 1900, même la Queen Victoria fit de la French Riviera son lieu de villégiature. Et pour cause, la vue sur la mer des collines alentours y est époustouflante, apaisante, ressourçante.

Alors plus qu’une visite des bâtiments et des lieux emblématiques de Nice, ce que je voulais partager avec vous de ma hometown, c’était la vue, les paysages, et le bonheur qu’ils procurent. Allez, je vous emmène …

capture

Autant prévenir, ici ça monte, ça descend. Alors pour vous éviter une trop grosse côte dès le départ, je vous conseille de monter tranquillement à pied, ou en bus par la ligne 14 jusqu’à l’arrêt « Urbain Bosio », point de départ du parcours.

Quelques mètres plus loin, malgré la montée à 8% qui pique les mollets des moins habitués, la vue en vaut déjà la peine (n°1).

imgp3443

La grimpette continue jusqu’à la prochaine bifurcation qui monte sur la droite. Changement de paysage, petite route et kyrielle de villas, avant une belle descente et un classique point de vue prisé par les cars de touristes. Continuez votre chemin et tournez à gauche sur le boulevard Maeterlink jusqu’aux limites de Nice ; la vue sur la rade de Villefranche et sur le phare de Saint-Jean-Cap-Ferrat est sublime à toutes heures (une des plus belles pour ma part) mais si vous en avez l’occasion, courrez-y le matin ou en fin de journée … Du bonheur à l’état pur.

imgp3454

Si l’envie vous prend, vous pouvez rallonger le parcours vers Villefranche en suivant la même route, et revenir par le Chemin des Douaniers (vrai parcours de trail à lui tout seul), qui vous ramènera sur le boulevard Maeterlink. Sinon, un simple retour sur vos pas pour profiter de l’autre côté de la vue, plaisir qui continue avec la descente de l’avenue Jean Lorrain. Le Château de l’Anglais, grande bâtisse excentriquement rose, signe le changement de trajectoire vers la droite.

Il y aura de la vue et de la descente avant d’arriver à Coco Beach (ouais parfois on se croit à Miami ici), et il faudra choisir entre l’accélération et la pause photo.

Encore du bord de mer, du bleu, du soleil … Après le Port de Nice (en travaux en ce moment), place à Roba Capeu et la Promenade des Anglais.

Point linguistique et historique :

  • Roba Capeu signifie « qui vole le chapeau », en effet point haut en bord de mer, les bourrasques de vent y sont fréquentes, volant le chapeau de ces dames (il y a des gens qui parlent niçois, puis il y a les autres).
  • La Promenade des Anglais tient son nom de la Belle Epoque, période de l’essor du tourisme balnéaire sur la French Riviera, où tous les touristes, aimant se balader en bord de mer, étaient considérés comme des Anglais pour les locaux.

Ce qui nous emmène au mythique hôtel Negresco, survivant de l’hôtellerie du XXème siècle. Il est classé aux monuments historiques, et fait partie de l’élite des hôtels de luxe.

imgp3497

Point de retour vers le Jardin Albert Ier et son kiosque à musique qui nous mène tout droit vers la Promenade du Paillon et son miroir d’eau. Participant à la nouvelle politique d’urbanisation de la  ville, la coulée verte a été inaugurée en octobre 2013, offrant 12 hectares de verdures, aires de jeux et chemins dallés pour le plus grand bonheur des locaux et touristes.

imgp3525

Le Théâtre de Verdure marque la fin de cette promenade, avec l’arrivée sur la place Garibaldi, réhabilitée il y a quelques années. Lieu emblématique de la ville de Nice, construite en 1773, elle est en l’hommage de Giuseppe Garibaldi, grand général italien né à Nice (pour rappel, Nice a longtemps appartenu au comte de Sardaigne).

img_20161003_173643

Et c’est ici que s’achève le parcours. Je vous conseille un brunch/verre/repas au Café des Chineurs, à la jonction entre la place Garibaldi et la place du Pain. La déco et les plats y sont top.

2 réflexions au sujet de “Run in Nice : du Mont-Boron au Vieux Nice”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s