Courses officielles, Running

Retour sur les 10km de l’Equipe 2017

Le sport est l’école de l’humilité. La technique et la pratique ne suffise pas toujours. Il faut aussi que les planètes soient alignées.La preuve m’en a été donnée dimanche dernier, sur les 10 km de L’Equipe, à Paris.

Vous dire que je me souviens de tout serait un mensonge. Ce que je sais, c’est que je suis allée au bout de moi-même.

J’étais seule. Lâchée par F. mais prévenue par un message de bon matin (ou de fin de soirée pour lui). Mais j’avais la niaque au ventre. L’envie d’en découdre même si je ne savais plus si je devais mettre, une, deux, ou zéro genouillère. Si je devais mettre un t-shirt ou non. J’aurais sûrement tout fait à l’envers mais tant pis.

Le SAS. Se placer devant et attendre. Puis le top du départ … Je suis partie comme une fusée pour me démarquer … Si j’avais su que quelques kilomètres plus tard à peine, je me ferais rattraper par le soleil, je ne l’aurais sûrement pas fait.

Je me souviens d’avoir vu le panneau « KM 3 » et de m’en être étonné. Je me souviens d’un enchaînement de lignes droites, et de m’être dit que j’aimais bien quand c’était plus sinueux, ça donnait des envies de relance. Parce qu’avant même le ravitaillement, je n’arrivais déjà plus à relancer.

Alors j’ai fermé les yeux, et je me suis donné tout le courage que je possédais. J’ai accepté de me faire mal mentalement. J’ai accepté mon estomac qui se tordait. Et j’ai continué.

J’ai continué d’y croire aussi, jusqu’au 7ème. Je n’ai même pas réussi à accélérer dans la descente du tunnel. Mes muscles me faisaient mal. J’ai fermé les yeux plus forts. Un peu d’encouragement à la sortie du tunnel. Un peu d’espoir, un sourire, une petite relance.

Je savais que ça ne serait pas le bon jour, mais je voulais finir fière. J’ai tout donné, même dans la montée du 9ème, Jusqu’à l’arche. Je n’avais personne pour me pousser, alors j’ai imaginé mes bienveillants fiers de moi à l’arrivée. Je me suis raccrochée à chaque coureur qui me dépassait. Et j’ai encore donné.

J’avais envie de pleurer depuis des kilomètres. J’étais littéralement vidée, épuisée de toutes forces. J’ai tout relâché en arrivant pour finir au poste de secours. « Petite insolation madame, faut vous hydrater».

Une bouteille d’eau et puis s’en va.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s