Entraînements, Running

Petits conseils pour courir dans la neige

Quand les températures commencent à baisser, que le jour tombe un plus tôt, et que les sommets alentours revêtent leur manteau blanc, il me prend souvent l’envie d’aller courir dans la neige. Je trouve le froid revigorant, et il y a une certaine magie à courir sans bruit, ou avec le seul crissement de la neige sous ses pieds.

Après un hiver au Canada, où je me suis amusée à courir dans la neige plusieurs fois par semaines, j’ai été « privée » de mes montagnes enneigées une fois à Paris ; quand je rentrais dans le Sud pour les fêtes, le temps m’était compté, et j’ai très souvent raté l’occasion de retourner plus en altitude, tant pour skier que pour du trail blanc.

Cependant, l’hiver dernier j’ai fait une excursion express avec une amie vers Gréolière. J’avais repéré un parcours assez court, mais avec beaucoup de dénivelé (environ 800m de dénivelé positif sur les 5 premiers kilomètres). Au sommet, nous avions trouvé notre bonheur : une immense étendue de neige. Le temps était couvert, le froid saisissant, mais ce moment fut parfait (tout comme le thermos de thé qui nous attendait dans la voiture).

Maintenant que les sommets ne sont plus très loin de chez moi et que les premières neiges sont déjà tombées, je n’ai plus qu’une hâte y retourner !

Courir dans la neige, PACA

Comment courir dans la neige ?

Bien que cela soit un plaisir, plus encore qu’en trail « classique », il ne faut pas oublier que la neige présente un terrain changeant et dangereux. Selon qu’il s’agisse de neige damée ou de poudreuse, la foulée ne devra pas être la même.  Il faudra être tout le temps vigilant et analyser le terrain.

Les parties damées, comme pour les sentiers pour ski de fond, se rapprochent des conditions de trail habituelles. Les parties de gel ou verglacées devront être traversées avec beaucoup de prudence ; une chute sur un tel sol peut faire très (très) mal.  Enfin, les parties de neige vierge, seront les plus difficiles ; selon la hauteur de neige, on peut s’enfoncer jusqu’à hauteur de genou dans la poudreuse, et alors la course deviendra quasi impossible.

La foulée sera différente aussi ! Ma technique c’est simplement de se dire « petits pas, petits pas», et de se prendre pour un chamois … Ce qui revient simplement à réduire l’amplitude de sa foulée et réduire les appuis. L’utilisation des bras pour garder votre équilibre sera aussi primordiale.

Paysage enneigé

La neige, un milieu contraignant

Outre le changement de terrain et l’adaptation nécessaire de la technique de course, il ne faudra pas oublier que le froid favorise la dépense énergétique. Il faudra en tenir compte pour l’alimentation, et pas seulement avec des pâtes de fruits ou autres barres, mais aussi sur l’hydratation ! On a tendance à moins ressentir la soif quand les températures baissent, mais notre corps en a toujours autant besoin.

Et pour éviter que l’eau ne gèle, vous pouvez porter votre poche à eau sous votre veste, ou, pour une sortie courte, mettre de l’eau tiède dans votre gourde. (J’ai aussi entendu parler d’un fond d’alcool dans votre gourde, mais je n’ai jamais essayé …)

Quel équipement pour courir dans la neige ?

Loin d’être toujours très équipée, je fais quand même toujours attention à avoir une bonne base, ce qui implique :

  • Des chaussures de trail avec une accroche suffisante. Il n’est pas nécessaire d’en avoir spécifique à la neige, une bonne paire peut suffire, avec des chaussettes en Gore Tex ou des guêtres.
  • Bien se couvrir, avec la technique de l’oignon. Idéalement il faudrait une première couche qui tienne chaud et évacue la transpiration, une deuxième couche isolante, doublée polaire si besoin, et une troisième couche : la veste déperlante ! En ce qui concerne le bas, un simple legging ; on en trouve des doublés d’une fine polaire pour les plus frileux(ses).
  • Des gants et bonnet ou bandeau, indispensables ! La tête perd jusqu’à 30% de chaleur du corps, il est donc important de la couvrir. Quant à vos doigts, s’ils sont gelés, comment prendre de jolies photos 😉 ?

Il existe également des « chaînes de chaussures », permettant d’améliorer l’accroche de vos chaussures. Je n’ai personnellement jamais testé, mais cela peut être intéressant selon le type de vos chaussures.

Courir dans la neige

Courir dans la neige n’est donc pas si difficile, même s’il faut oublier le chrono sous la manche de sa veste, et ouvrir grand les yeux pour profiter de ces paysages féériques.

L’hiver ne nous empêchera pas de …

(Par)courir le monde autrement.

Camille Court en Vert de Visit and Run

2 réflexions au sujet de “Petits conseils pour courir dans la neige”

  1. Pour ma part j’adore courir dans la neige ici. Mais c’est vrai que pour le coup c’est dur de trouver un equilibre entre un peu de neige pour courir et tellement de neige qu’on en a jusqu’au genou lol et puis comme j’adore faire du ski de fond j’ai tendance a privilegier ca 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s