Montreal en hiver
Canada, Voyages

Partir au Canada : mon projet

Avec la fin d’année arrivent les fameuses questions sur les projets pour l’année future. On énonce nos rêves, nos objectifs, on programme nos voyages (écolos) et nos futurs dossards qu’on épinglera avec la boule au ventre. Entre voyages et défis sportifs, pour moi, 2018 sera canadienne ou ne sera pas.

Après quatre ans à rêver d’y retourner, à avoir des étoiles dans les yeux quand j’en entendais parler. Après quatre ans à avoir regretté ce dépaysement trop court, j’ai obtenu mon PVT (Permis Vacances-Travail) il y a quelques mois. Une porte ouverte pour réaliser ses rêves.

Des rêves qui ont bien évolués ces dernières années : un mélange d’écologie et de communication, saupoudré d’une bonne dose de sport. Je suis la version évoluée de la jeune fille qui s’était redécouverte sous la neige québécoise. Quant à l’époque, il ne s’agissait que d’y retourner, peu importe ce que je pourrais y faire comme métier, aujourd’hui, mes envies sont plus précises. Et pour ne pas se foirer, il existe un bon moyen : se préparer.

Même si je suis la championne du déni (« comment ça je pars ? »), je compte peaufiner au maximum mon projet Canada avant de débarquer sur l’autre continent. Et peut-être partager son avancement avec vous, ici ou sur les réseaux sociaux.

Montreal en hiver

Pourquoi le Canada ?

Véritable coup de cœur en 2014, j’ai débarqué à la fin de l’hiver canadien (environ -30°C ressenti seulement) à Montréal, pour rejoindre des amis en échange universitaire. A l’époque, j’avais déjà essayé d’obtenir mon PVT, mais le système avait fait que je n’avais pas eu la chance d’en obtenir un. J’y suis donc restée 4 mois, pour voir du pays, changer d’air, puis repartir à la fin de l’année scolaire, comme mes amis.

Et du pays, en 4 mois, j’en ai vu. Entre voyages solo en Gaspésie ou à 360 étudiants pour enflammer Boston à la St Patrick (merci Interstude), j’ai visité une bonne partie de l’Est du Canada et des USA. Et outre l’ambiance folle des soirées étudiantes montréalaises, ce que j’ai gardé à l’esprit, ce sont ces grandes étendues de nature quasiment vierges de toute trace humaine ; ces heures de bus à traverser des forêts, et quelques hameaux à des heures de route les uns des autres. Voir autant d’espaces, et si peu de monde. Ressentir ce sentiment d’immense liberté. Cette explosion au fond du ventre qui ouvre la porte de tous les possibles.

Après des années à jongler entre études et job étudiant, c’est au Canada que je me suis reconnectée à ce que j’aimais : la nature, les voyages. J’ai donc un attachement particulier pour ce pays, comme on l’aurait pour une famille de cœur.

C’est aussi au Canada que j’ai compris que les modes de vie « alternatifs » ne relevaient pas de la simple utopie. Là-bas, on peut vivre comme on l’entend, et dans le respect mutuel. Il y a un tel melting pot de culture, de religions, de pratiques, qu’y (par)courir le monde autrement semble la plus simple des choses à faire.

Dans mes objectifs les plus fous, j’aimerais donc partir au Canada, pour montrer qu’ici ou ailleurs, voyager autrement, de manière responsable et sportive, est possible.

Montréal en hiver, Canada

L’opportunité d’un Permis Vacances-Travail

Le PVT est un permis délivré par les autorités canadiennes pour une durée de 2 ans. Il permet de voyager à travers le pays, et d’y travailler si on le souhaite, sans avoir eu l’obligation d’être embauché(e) avant l’entrée sur le territoire. Ce permis est valable pour l’ensemble des provinces et territoires du Canada.

Le PVT possède donc des avantages, et notamment, c’est un permis ouvert ; il ne vous lie à aucun employeur, vous pouvez même en avoir plusieurs ! Pratique pour les freelances, comme moi. Les opportunités sont donc importantes : entre le travail chez un employeur classique, ou les offres alternatives comme le woofing ou HelpX, tout est possible avec le PVT.

C’est d’ailleurs vers les offres HelpX que je vais surement me tourner, afin d’appréhendez comme un local les différentes régions que je compte traverser. En effet, le HelpX, c’est une forme de « travail » chez l’habitant ; un rendu pour un prêté, en somme. En l’échange de services rendus (aide à la maison, avec les enfants, travaux extérieurs, aide à la ferme, etc), le gîte et le couvert sont offerts.

Plus que de l’entraide, ce genre d’expérience permet une immersion totale dans la vie locale … ou dans la nature ! Certaines familles vivent en quasi autarcie, au beau milieu de nulle part. C’est donc un autre mode de vie qu’on peut avoir la chance de découvrir grâce au PVT.

Personnellement, c’est le genre d’expérience qui m’attire. Je me tournerais donc vers des provinces et territoires aux grands espaces naturels comme le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest, ou Terre-Neuve-et-Labrador, avec l’espoir secret de travailler avec des éleveurs de chiens de traîneaux, ou dans un éco-lodge.

Voyager en Gaspésie

Un mode de vie itinérant

Vous l’aurez surement compris, je ne compte pas m’établir à un endroit particulier sur le long terme. Mon objectif est de vivre une expérience canadienne différente, de voir le monde autrement, pour mots d’ordre : mobilité et flexibilité. Et pour l’atteindre, une chose est sure, mes bagages devront être légers.

Je ne pourrais me contenter que de mon seul sac de trekking de 50L (ni trop gros, ni trop lourd). Une itinérance minimaliste, à laquelle je m’entraîne pendant mes actuels déplacements. Savoir n’emporter que l’utile, apprendre à combiner intelligemment ses vêtements, s’offrir du technique qualitatif. Pour moi, cela fait partie intégrante d’un mode de vie itinérant. Et ce n’est qu’une chance supplémentaire de …

(Par)courir le monde autrement.

Camille Court en Vert de Visit and Run

12 réflexions au sujet de “Partir au Canada : mon projet”

  1. Ton article m’a fait un pincement au cœur mais aussi m’a beaucoup touche. Je suis partie à Montréal l’annee dernière pour rejoindre aussi une amie, j’ai découvert une ville et une région magnifique et un mode de vie et une gentillesse incroyable.
    Comme toi j’ai envie d’y retourner, mais c’est juste un projet au coin de ma tête.
    Éclate toi bien là bas et j:ai hâte de lire tes petites aventures canadiennes !!

    J'aime

  2. Alors felecitations pour ton PVT !! 🙂
    C’est genial que tu choisisses de faire ton experience dans l’ouest et surtout dans le grand nord, ça change du classique PVT Montreal-Toronto-Vancouver ! Moi je suis en Alberta, alors j’espere que t’auras l’opportunité de visister cette belle province.

    J'aime

  3. Bonne chance à toi pour ce nouveau projet !
    Si tu veux prendre le train pour te déplacer tu auras de belles opportunités ! Personnellement mon prochain projet c’est de faire Montréal-Halifax 🙂

    Aimé par 1 personne

      1. Je me suis plus renseignée sur le train aux USA (moins chers et plus de trajets proposés) mais j’ai eu des infos sur le site officiel de Via Rail (je ne sais pas si tu connais ?). Il y a 6 trajets principaux, dont « Le Canadien » qui fait Toronto-Vancouver et « L’Océan » qui fait Montréal-Halifax. Ils ont l’air top mais un peu cher (surtout le premier). Celui pour Halifax est dans les 150euros pour 22h de train 😀
        Je suis en train de finir un article sur mon voyage en train à bord du California Zephyr aux USA si ça t’intéresse 🙂 La première partie est en ligne.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s