Découvrir Nice en courant
Run City Guide

Run in Nice : les secrets de la Vieille Ville

Entre mer et montagnes, Nice bénéficie d’un cadre idyllique pour le tourisme. La ville offre des paysages incroyables où se mêlent palmiers, bleu de la mer, montagne à pic et bleu du ciel. Un petit coin de paradis tant pour les locaux que pour les touristes, où il fait bon vivre, et bon d’y courir ! Depuis le XIXème siècle, la Côte d’Azur s’est fortement développée autour de son activité touristique, passant du tourisme d’hiver des têtes couronnées, au tourisme d’été de la jet-set. Pour autant, Nice n’est pas que strass et paillettes. Nice a une véritable histoire, nichée au cœur du Vieux-Nice, et c’est ce que je vous propose de découvrir dans ce parcours Visit & Run atypique.

Courir pour découvrir Nice

Découvrir Nice en courant

Le parcours Strava ici

La place Masséna

Le départ est pris sur la place Masséna, au début de l’avenue commerçante de Nice, Jean Médecin. Haut-lieu du patrimoine niçois, la place a été construite dès 1820-30, avec une architecture piémontaise caractérisée par ses façades rouges au bord de fenêtre blanc. Traversée aujourd’hui par un tramway moderne depuis 2007, elle l’a déjà été entre 1920 et 1953 … mais sans les statues en résine blanche qui surplombent la place. Réalisées par le sculpteur Jaume Plensa, elles représentent une « Conversation à Nice » des 7 continents.

Découvrir Nice en courant

Au fond de la place, Apollon nous salue accompagné d’autres personnages mythologiques depuis la Fontaine du Soleil (Alfred Janniot, 1956). Elle a été déplacée lors du réaménagement de la place Masséna.

La Promenade du Paillon

Nous continuons sur la gauche, à travers la Promenade du Paillon, reliant Masséna à la place Garibaldi. Inaugurée en 2013, cette coulée verte remplace l’ancienne gare routière qui était devenue vétuste. Avec sa large allée, son jardin méditerranéen et son miroir d’eau, c’est vraiment un lieu très agréable pour courir, au cœur de la ville.

Découvrir Nice en courantDécouvrir Nice en courantDécouvrir Nice en courant

On recoupe à travers une des petites portes latérales du jardin sur la droite, pour entrer dans le Vieux Nice par la rue Centrale. On tourne à droite avant la première intersection pour continuer dans la rue de la Boucherie jusqu’à la place du Palais de Justice. Jouxtant le palais de la préfecture, ce dernier a été construit sur l’ancien emplacement du couvent des Dominicains.

Découvrir Nice en courant

Le Vieux-Nice et ses secrets

Le parcours continue rue de la Préfecture, avant de tourner à gauche sur la rue Sainte-Réparate pour tomber sur la Cathédrale du même nom. Sa construction, finie en 1699, a été lente et difficile ; un évêque est même mort après s’être reçu la voute de la nef sur la tête ! Le campanile a été construit, détruit, puis reconstruit … Mais depuis 1906, avec son dôme à tuiles vernissées à la mode génoise, et son faux-marbre peint, la Cathédrale Sainte-Réparate est classée monument historique.

Découvrir Nice en courant

Quant à son nom, c’est celui de la Sainte Patronne de Nice, martyre de l’empereur romain Dèce, dont l’embarcation mortuaire dériva dans la Méditerrannée jusqu’à être poussée par des anges jusqu’à Nice, dans la fameuse Baie des Anges (qui tiendrait donc son nom de cet évènement).

Il existe une petite anecdote que l’on raconte aux enfants : les 4 statues ornant la façade représentant les 4 fondateurs de l’Eglise à Nice s’accuseraient mutuellement d’avoir pété, dénonçant l’un ou l’autre. Le conte est lié au mouvement de leur main, pouvant sembler à des « accusations ». Il faut dire que les niçois, les vrais, aiment assez les blagues potaches de bons vivants.

Processed with VSCO with 7 preset

Nous continuons tout droit sur la rue Centrale, laissant la place Rosseti et son atmosphère italienne sur notre droite. Il faudra ensuite tourner à nouveau à droite, sur la rue de la Loge, jusqu’au croisement avec la rue Droite pour tomber sur le boulet de canon ancré dans l’angle de la rue juste au-dessus de nos têtes.

Tiré en 1543 par la flotte turque lors d’une attaque, il est le symbole de la « force » de notre héroïne niçoise Catherine Segurane : simple lavandière, elle aurait repoussé les Turcs en soulevant sa jupe pour montrer son postérieur … ce qui aurait fait fuir la flotte adverse plus vite que leur ombre ! Je vous l’avais dit, les niçois ont de l’humour !

Découvrir Nice en courant

Continuons sur la rue Droite, qui n’est pas réellement droite par ailleurs, pour longer le Palais Lascaris et son architecture baroque génoise, avant d’arriver devant l’Eglise du Gésu (1607). C’est une des 15 églises ou chapelles du Vieux Nice ; à l’époque, chaque quartier avait son propre édifice religieux. En poursuivant le chemin jusqu’au cour Saleya, nous croiserons aussi la Chapelle de la Très-Sainte-Trinité, qui jouxte la maison Caïs de Pierlas où vécut Henri Matisse pendant 15 ans.

 

Rauba Capeu et le Monument aux Morts

Nous traversons ensuite les Ponchettes en remontant sur la gauche pour aller vers Rauba Capéu (qui veut dire « Vole le chapeau » en niçois), avancée rocheuse aménagée avec son cadran solaire. Nous continuons jusqu’au monument aux Morts, un des plus beaux et des plus grands de France, creusé sur un flanc rocheux de la colline du Château, et inauguré en 1927 par le Maréchal Foch.

Découvrir Nice en courantDécouvrir Nice en courant

Le cour Saleya

Nous retournons sur nos pas et sur le cour Saleya, qui accueille un très grand marché de fruits & légumes et de fleurs en journée, et un marché d’art et d’artisanat le soir. Les bars et restaurants y sont également nombreux, lieu de retrouvailles de tous les locaux mais aussi des touristes, car comme disait Louis Nucéra (écrivain niçois) : « Tous les chemins mènent à Rome, et dans le Vieux Nice, ils mènent au cour Saleya ».

 

La Promenade des Anglais

Le parcours continue jusqu’à l’Opéra de Nice, datant de 1885, et retourne vers la Promenade des Anglais en face de l’immense structure en métal qu’est l’obélisque de Venet. Les œuvres de l’artiste ayant selon lui « ni sens, ni symbolique » particulier, chacun pourra y voir ce qu’il souhaite.

Découvrir Nice en courant

Un peu plus loin, le long de la Promenade des Anglais, se situait le Casino de la Jetée Promenade, symbole du faste de l’âge d’or de la Côte d’Azur. Après une première construction brûlée la veille de son inauguration en 1883, le projet est repris et le casino est reconstruit entre 1889 et 1891. Malheureusement, il servira de sanatorium lors de la 1ère Guerre Mondiale, et sera  finalement démantelé par les Nazis à la fin de la seconde, qui réutiliseront le cuivre pour faire des barrages anti-chars.

Profitons encore un peu de la Promenade des Anglais, très agréable pour courir, entre la ville et la mer. Nous faisons demi-tour devant l’hôtel Negresco. Palace niçois (5 étoiles), survivant de l’hôtellerie du XXème siècle, il offre une architecture néo-classique avec des ornementations quasi-baroques. Construit en 1913, il a souffert de la 1ère Guerre Mondiale en étant transformé en hôpital militaire.  Il a été classé monument historique en 2003, et est aujourd’hui considéré comme un hôtel-musée au vu des quelques 6 000 œuvres qu’il contient.

Découvrir Nice en courant

Nous remontons enfin vers la place Masséna, point de retour de la boucle, en passant par le Jardin Albert 1er, créé dans les années 1820 pour répondre à la demande du tourisme d’hiver.

Découvrir Nice en courant

Nice a donc bien des secrets derrière ses paillettes du faste de la Côte d’Azur. Il y réside une véritable âme nissart que j’ai été heureuse de vous présenter à travers ce parcours. Plus que niçoise de naissance, j’ai véritablement la ville de Nice et son histoire dans mon cœur ; elles sont mes racines. J’y aurais toujours un plaisir indescriptible à  y courir.

Et après ?

Vous pouvez aussi choisir un autre parcours Visit&Run à Nice, ou utiliser le parcours audio-guidé en collaboration avec Urbirun (prochainnement).

Pour les plus gourmands, je vous conseille mes adresses favorites à proximité :

  • Emilie’s Cookies (9 rue Alberti ou 1 rue de la Préfecture) : bagels & cookies fait maison
  • Le Gesu (en face de l’église du même nom) : spécialités niçoises à tomber !
  • Paper Plane (14 rue Gubernatis) : jus & healthy food
(Par)courez le monde autrement,

Camille Court en Vert de Visit and Run

3 réflexions au sujet de “Run in Nice : les secrets de la Vieille Ville”

  1. Moi qui ne suis pas niçois, j’ai appris beaucoup de choses même si je n’ai probablement pas tout retenu. Merci.
    Petite question: qui te suit pour te prendre en photo?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s